Institut beauté : quelles démarches pour en ouvrir un ?

La France compte plus de 30000 instituts de beauté et d’esthétique. Ce chiffre est la preuve du grand engouement que connaît ce secteur. Cet attrait pour ce type d’établissement a été remarqué dès les années 2000. La culture de la recherche du physique parfait et de la volonté de consacrer du temps pour soi en sont principalement la cause.

De plus en plus de personnes veulent investir dans ce secteur, en créant un institut de beauté et d’esthétique offrant de multiples soins et accessibles aussi bien aux femmes qu’aux hommes. Prendre la décision d’ouvrir son propre salon de beauté nécessite tout de même de passer par différentes étapes.

Quels sont les diplômes requis ?

Avant de songer à ouvrir son propre institut de beauté, il faut savoir que la principale condition est d’être en possession des diplômes nécessaires. Ces diplômes exigés sont le CAP (certificat d’aptitude professionnelle) et le BEP (brevet d’études professionnelles). Dans le cas où la personne qui souhaite ouvrir un salon de beauté ne possède pas les diplômes requis, il lui est possible de le faire sans diplôme à condition qu’il puisse être en mesure de justifier une expérience d’au moins trois ans dans le domaine. Cette expérience doit être en tant que :

  • Employé d’un salon de beauté.
  • Gestionnaire d’un institut de beauté.
  • Travailleur indépendant.

Les démarches nécessaires pour l’ouverture d’un institut de beauté :

Pour réussir l’ouverture d’un institut de beauté, qui est considéré comme une création d’entreprise, il faut suivre quelques démarches.

L’étude de marché :

Comme pour n’importe quelle activité commerciale, l’étude de marché en vue d’ouvrir un salon de beauté est très importante. Il faudra analyser l’offre et la demande dans la région et dans le quartier où l’implantation est prévue. Il s’agit alors de repérer les instituts déjà en activité, les tarifs pratiqués ainsi que le nombre d’éventuels consommateurs et leur besoins. Il est possible de faire une étude marché soi même ou de confier cette mission à un bureau spécialisé. La deuxième alternative a l’inconvénient de coûter cher.

Le business plan :

Le business plan permet d’évaluer la fiabilité du projet de création d’un institut de beauté, car il représente une véritable feuille de route . Ce bilan prévisionnel prévoit exactement toutes les charges ainsi que le chiffre d’affaire espéré qui servira à les couvrir. Le business plan doit être réalisé par un professionnel, le plus souvent un expert comptable, à moins d’être soi même formé pour en réaliser un. Il permet aussi de trouver un financement auprès des banques qui exigent systématiquement un business plan pour traiter un dossier de demande de prêt.

Le statut juridique :

Après avoir étudié le marché et réalisé un bilan prévisionnel, il faudra définir le statut juridique de l’institut de beauté. Il est alors obligatoire de s’inscrire dans la chambre des métiers sous un statut juridique. Bien qu’il soit possible de choisir parmi plusieurs statuts juridiques, le plus conseillé et le plus adapté est l’EURL / SARL.

De suite des articles :